Le passeur

Lois Lowry

Ecole des loisirs, 1994

23 chapitres, 234 pages

 

Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n'existent pas. Les inégalités n'existent pas. La désobéissance et la révolte n'existent pas. L'harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le Comité des sages. Les personnes trop âgées, ainsi que les nouveau-nés inaptes sont " élargis", personne ne sait exactement ce que cela veut dire.

Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c'est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux, quand l'œil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux.

Dans quelques jours, Jouas aura douze ans. Au cours d'une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu'il est unique. Un destin extraordinaire l'attend. Un destin qui peut le détruire.

Jonas vit dans une communauté où la différence n'est pas tolérée. Chaque individu "anormal" est "élargi". Terme dont personne ne connaît réellement la signification. Mais on sait que l'on ne revoit jamais une personne élargie.

Chaque année lors de la cérémonie de décembre, on célèbre chaque âge de la vie. Les neuf-ans  par exemple reçoivent leur première bicyclette. Mais la cérémonie des douze-ans, la dernière cérémonie qui signe la fin de l'enfance, est la plus attendue. Les enfants apprennent alors quelle fonction ils occuperont au sein de la communauté. Eboueur ? Nourricier ? Mère porteuse ? Chaque affectation est méticuleusement étudiée par le Comité des sages. Chaque enfant se verra attribuer la fonction qui lui correspond le mieux.

Mais pour Jonas tout est différent, il ne le sait pas encore mais son rôle sera crucial dans l'évolution de sa communauté.

 

J'ai lu ce livre sur les conseils de ma cousine qui l'avait lu en cours et elle avait beaucoup aimé. Il en a été de même pour moi, c'est un véritable coup de cœur, j'ai vraiment adoré !

Tout d'abord j'ai beaucoup aimé l'univers que nous peignait l'auteur. Un monde où personne n'a le choix de rien; on ne choisit pas son métier, ni son mari/épouse. Les sentiments n'existent plus. Même vos enfants ne sont pas vos enfants biologiques puisque seules les mères porteuses on le droit de porter un enfant. Les couleurs n'existent plus et l'homme a été génétiquement modifié pour ne plus les voir, le monde est en noir et blanc. Fini les couleurs vives, pastels ou autres, le monde n'est que nuances de noir et de blanc. Je trouve que cet univers sort de la lignée d'Hunger Games, de Divergente... etc. Normal, c'est l'un des premiers romans qui tire vers le genre de la dystopie.

Le mise en place de l'histoire est rapide et on ne s'ennuie pas. On apprend à découvrir cette organisation dans laquelle vit Jonas et sa cellule familiale (sa famille non-biologique) ainsi que les règles (parfois idiotes) qui l'entourent. Comme par exemple raconter ses rêves, décrire les sentiments qu'il a ressentit tout au long de la journée et comprendre pourquoi.

En plus, les personnages sont approfondis et travaillés. Même si Jonas m'a un peu agacée par moment, mais rien de bien méchant. C'est un petit garçon de 12 ans, naïf, innocent et insouciant. Il découvre la réalité, ce qui se cache sous cette apparente perfection. Mon personnage préféré reste Gabriel. Même si c'est un bébé et qu'il n'est pas très "actif". On s'attache très vite à ce petit individu qui "subit" les décisions de la communauté (comme tous les citoyens mais bon, c'est un bébé quand même).

L'univers m'a vraiment conquis et c'est, je trouve, ce qui fait la richesse et l'originalité de ce roman. C'est une tétralogie (4 tomes). Il m'en reste donc 3 à découvrir !

 

Note : 10 / 10


"Et toi, Jonas? demanda papa. Tu es le dernier ce soir. Jonas soupira. Ce soir, il aurait préféré garder ses sentiments pour lui. Mais, bien sûr, c'était contre le règlement.

-Je ressens de l'appréhension, avoua-t-il satisfait d'avoir finit par mettre la main sur le mot qui convenait."

 

"Nous ne pouvons pas prendre le risque de laisser les gens faire des choix"

 

"La petite fille hocha la tête et regarda sa veste, avec ses rangées de gros boutons qui faisaient d'elle une sept-ans. Les autres, cinq et six-ans portaient tous des vestes fermant dans le dos de façon à devoir s'entraider pour s'habiller et à apprendre ainsi l'interdépendance."

 

"Deux enfants - un masculin, un féminin - par cellule familiale. C'était écrit très clairement dans le règlement."

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 14
  • #1

    Tess (dimanche, 17 avril 2016 17:48)

    J'avais beaucoup aimé aussi ce livre ! Par contre, j'hésite à lire les autres tomes car les histoires de cette tétralogie ne sont apparemment pas directement liés... ce seraient plutôt des tomes compagnons ;) Je suis donc curieuse de lire tes chroniques si tu lis cette suite pour me décider à continuer ou pas !

  • #2

    Maëlle's Books (dimanche, 17 avril 2016 20:46)

    Je suis un peu du même avis que toi mais je vais quand même tenter

  • #3

    La tête dans les livres (mercredi, 20 avril 2016 08:53)

    Voici un livre dont je garde un bon souvenir mais il faudrait vraiment que je lise la suite :)

  • #4

    Maëlle's Books (mercredi, 20 avril 2016 12:36)

    Oui moi aussi je vais essayer de la lire rapidement

  • #5

    Kprecieuse (jeudi, 21 avril 2016 15:17)

    Le précurseur de la dystopie un mythe. <3

  • #6

    Maëlle's Books (vendredi, 22 avril 2016 10:02)

    Totalement d'accord avec toi

  • #7

    Steven (vendredi, 22 avril 2016 22:07)

    Même si j'ai complètement adoré ce roman, je ne me suis jamais intéressé aux autres, sans savoir pourquoi.

  • #8

    Maëlle's Books (samedi, 23 avril 2016 09:01)

    Dommage...

  • #9

    Aurélie twogirlsandbooks (lundi, 25 avril 2016 11:13)

    J'ai vu beaucoup d'avis très positifs sur ce livre et il faudrait qu'un jour je le lise ^^.

  • #10

    Maëlle's Books (mardi, 26 avril 2016 19:12)

    Oui vraiment tu peux y aller les yeux fermés

  • #11

    Valérie (dimanche, 07 août 2016 05:45)

    Moi aussi j'avais eu un véritable coup de cœur pour ce roman :-)

  • #12

    Maëlle's Books (dimanche, 07 août 2016 09:59)

    Oui, je pense vraiment qu'il est excellent, j'ai eu pas mal de retours positifs

  • #13

    Une étoile rêveuse (dimanche, 07 août 2016 17:48)

    J'avais du lire ce livre pour l'école, et comme toi se fut un vrai coup de cœur, un des seul livre que j'ai aimé lire pour l'école x) Il y a tellement d'émotions dans ce petit roman qu'on ne peut pas en sortir inchangé, j'aime beaucoup ta chronique, ça me donne envie de le relire ! ^^

  • #14

    Maëlle's Books (dimanche, 07 août 2016 18:55)

    Merci beaucoup !