Tant que nous sommes vivants

chronique tant que nous sommes vivants d'Anne-Laure Bondoux

Anne-Laure Bondoux

Gallimard Jeunesse, 2014

298 pages

 

Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers les territoires inconnus... Mais quand l'ombre a pris la place de la lumière, l'amour suffit-il à nous garder vivants ?

Bo travaille de jour à l'Usine, Hama de nuit. Dès lors que leurs regards se sont croisés, le coup de foudre  a été immédiat. Il file le parfait amour et répandent le bonheur autour d'eux, jusqu'au jour où un accident arrive.  Cette nuit-là Bo avait bu. Un peu trop. Il ne s'est pas réveillé pour relayer Hama. Elle a donc continué à son poste. Une explosion frappe l'Usine. Nombreux sont les morts et les blessés. Hama a survécu, mais elle est gravement handicapée.

 

Ecriture poétique, roman magnifique.

La plume d' Anne-Laure Bondoux est fine, élégante et précise. Elle arrive parfaitement à retranscrire les émotions des personnages sur le papier et il arrive souvent qu'on ait le cœur qui se sert ou l'envie irrépressible de rire. De plus, elle arrive à nous emporter dans un beau voyage avec très peu d'éléments. On ne sait pas quand et où cela se passe. Je dirais soit dans le passé de part le coté "industriel" soit dans un futur où l'on aurait dévasté la Terre et toutes les évolutions passées. Quant au lieu, je pense qu'il sort tout droit de l'imagination de l'auteure qui nous dépeint une ville triste où les gens ne sont pas très réfléchis. Si bien qu'ils arrivent à rejeter certaines personnes pour des raisons totalement absurdes.

Lorsque l'accident arrive, Hama perd l'usage de ses mains. La Communauté de la ville aimant profondément Hama cherche un responsable. Et quand on ne trouve pas de responsable, on en invente un. On se base sur les apparences, les origines et c'est Bo qui en fait les frais. Ce magnifique couple décide alors de partir pour un voyage initiatique. Ils ne savent pas où ils vont, ni qui ils vont rencontrer mais ils savent une chose : qu'ils seront ensemble.

Plus on avance dans ce roman, plus il devient fantastique (dans les deux sens du terme). J'ai vraiment adoré. Tout du long, on a une opposition du bien du mal, de la lumière et de l'obscurité. D'ailleurs, tous les chapitres ont pour titre deux termes opposés : "le vide et le plein", "le bruit et le silence".

J'ai trouvé les personnages très attachants et complexes. Bo m'a fait beaucoup de peine. Il aime profondément Hamma et veut à tout prix réparer son erreur. Il sera rongé par la culpabilité. Ils semblent très approfondis par l'auteure.

Le tout est une véritable bombe ! Sans parler de la fin qui est à mon goût exquise.

 

Note : 9 / 10


"L'ombre, la lumière... le jour, la nuit... l'un révèle l'autre !"

 

"Faut-il toujours perdre une partie de soi pour que la vie continue ?"

 

"Quand j’étais petit, un garçon du village m’avait prêté son vélo. Je m’entraînais à en faire sans les mains. Je suis tombé pas mal de fois! Mais finalement, j’ai compris comment garder l’équilibre et j’y suis arrivé. Nous aussi, on va tomber. On aura des bosses et des bleus. Mais on trouvera le bon équilibre. Je crois qu’on peut aimer sans les mains. "

 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Aurélie twogirlsandbooks (lundi, 29 février 2016 20:22)

    Ce livre me tente beaucoup surtout quand je vois à quel point tu as apprécié ta lecture :)

  • #2

    Maëlle's Books (lundi, 29 février 2016 20:23)

    C'est un très beau voyage littéraire !

  • #3

    Laurapassage (mardi, 01 mars 2016 12:41)

    J'avoue que ce livre me fait vraiment de l'oeil depuis un moment et j'entend tellement de bien dessus qu'il faudrait vraiment que je l'achète pour pouvoir le lire ! Ta chronique confirme encore plus mon envie !