Antigone

chronique antigone de Jean Anouilh

Jean Anouilh

La Table Ronde, 1946

123 pages

 

Après Sophocle, Jean Anouilh reprend le mythe d'Antigone. Fille d'Œdipe et de Jocaste, la jeune Antigone est en révolte contre la loi humaine qui interdit d'enterrer son frère Polynice. Présentée sous l'Occupation en 1944, l'Antigone d'Anouilh met en scène l'absolu d'un personnage en révolte face au pouvoir,  l'injustice et à la médiocrité.

Antigone, fille d'Œdipe et de Jocaste vit à Thèbes. Le mythe de sa famille est malheuresement célèbre. Lorsque ses frères Polynice et Etéocle meurent, le roi, Créon, leur oncle, interdit toute reconnaissance envers Polynice. Quiconque osera lui rendre des honneurs funèbres sera sévèrement puni. Mais Antigone refuse que son frère ne puisse reposer en paix, alors elle va braver les interdits, quel qu'en soit le prix.

 

Ce livre a fait l'objet d'une séquence dans mon programme de français et c'est l'un des rares livres lu avec l'école que j'ai vraiment apprécié. C'est une pièce de théâtre, plus précisément une tragédie où la légende d'Œdipe et le Sphinx est omniprésente puisqu' Antigone est la fille de son père (logique me direz-vous) et de sa grand-mère. Thèbes est sous le pouvoir de son oncle, le frère de son père Créon (vous me suivez toujours ?). Créon a un fils Hémon qui est fiancé à Antigone, ils sont amoureux tous les deux (et oui, oui ils se marient entre cousins). Les frères d'Antigone décèdent dans un combat pour le trône. Créon décrit Polynice (le frère d'Antigone) comme un traitre et interdit tout recueillement sur son corps. Mais Antigone refuse, et juge que son frère à le droit à une mort digne. Elle va enfreindre la loi et se faire arrêter.

Le principe d'une tragédie c'est, en gros, que tout le monde meurt. Donc dès les premières pages, on connaît déjà le dénouement. Cela ne m'a pas dérangée, j'ai eu l'impression d'accompagner Antigone vers son but, de l'aider à préparer sa mort. C'est la première tragédie que je lis et je ne suis pas déçue. Alors oui, c'est un style particulier mais j'aime bien. Après est-ce que c'est propre à Antigone ou au genre littéraire, je ne sais pas. Antigone est une femme forte et courageuse, prête à mourir pour ses convictions.

De part le contexte historique dans lequel la pièce a été présentée, cela la rend d'autant plus intéressante. Elle a été présentée sous l'Occupation allemande. Symbole d'insoumission et de révolte, c'est un récit lourd de sens. Cela n'empêche que cette pièce de théâtre se lit très facilement, rapidement et m'a personnellement beaucoup marquée.

 

Note : 9/10


"Comprendre, toujours comprendre. Moi je ne veux pas comprendre."

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Les pages qui chuchotent (samedi, 06 février 2016 19:22)

    J'ai lu ce livre au collège et je dois avouer que j'en garde un très bon souvenir... j'ai été touchée par le personnage d'Antigone, j'ai ressenti sa colère; sa tristresse et l'injustice dont elle était victime. J'ai aimé ce personnage haut en couleur !

  • #2

    Maëlle's Books (samedi, 06 février 2016 19:31)

    Oui je suis totalement d'accord avec toi

  • #3

    Aurélie twogirlsandbooks (vendredi, 19 février 2016 19:07)

    Même si ce livre est bien évidemment à découvrir, il ne me tente pas trop en ce moment.