Nox

Ici - bas

Nox T1 chronique ado

Yves Grevet  

Syros, 2012

43 chapitres, 418 pages

 

Une ville basse enveloppée d'un brouillard opaque - la nox - , plongée dans l'obscurité.

Des hommes contraints de marcher ou de pédaler sans cesse pour produire de la lumière.

Une société codifiée, régentée par une milice toute puissante.

Des amis d'enfance qui s'engagent dans des camps adverses.

Un héros qui se bat pour épouser celle qu'il aime.

Une jeune fille qui vit dans la lumière, prête à tout pour retrouver la femme qui l'a élevée.

Lucen vit dans la ville basse depuis tout petit, avec sa famille et y restera jusqu'à sa mort.

Nous nous situons dans un futur lointain. Nous avons trop pollué, trop ignoré l'état de notre planète et un nuage mauve de pollution s'est formé à basse altitude. Les gens riches se concentrent donc sur les hauteurs et les gens pauvre dans les villes basses. L'air y est irréspirable mais les gens sont obligés de produire de la lumière à la force de leurs jambes sans compter que la société est une dictature implacable. Les riches ont besoin des pauvres pour survivre et vice-versa : les riches ont besoin de main-ouvre (femme de ménage, manutentionnaire, gouvernante) et les pauvres ont besoin d'argent.

 

J'ai tout d'abord choisi ce livre pour son auteur que j'apprécie particulièrement. J'avais déjà lu plusieurs de ses écrits et ils m'avaient tous beaucoup plus et celui-ci n'a pas fait exception à la règle.

Lucen est un personnage de la ville basse, la plus polluée. Il est obligé de pédaler pour produire de la lumière. Il est le personnage principal de l'histoire et est amoureux de Firmie, sa fiancée. En bas, les gens se marient très jeune (14 ans) car l'espérance de vie n'est pas très élevée. Pour se marier, il faut que la fille attende un bébé conçu après des rendez-vous fixés dans ce but. Lucen est un personnage attachant, honnête et qui veut le bonheur de ses proches. Mais il est parfois un peu trop naïf...

J'ai vraiment beaucoup aimé le fait que les différents personnages se croisent, se rencontrent ou parfois soient liés pas quelque chose. J'ai trouvé cela très habile de la part de l'auteur.

Pour moi c'est un sans faute, je ne trouve aucun point négatif. Le rythme de l'histoire est soutenu et on ne s'ennuie jamais. Certaines scènes sont vues sous différents angles mais jamais de façon répétitive. La trame de l'histoire n'est pas vue et, est centrée sur l'écologie. Le fait que l'on ai trop pollué est vraiment inquiétant et j'ai pas vraiment envie de pédaler à chaque fois que je veux allumer ma chambre. Tous les éléments d'une dystopie sont présents (gouvernement autoritaire, envie de briser les règles). Certaines allusions sont faites au passé; comme l'eau qui sortait des murs, le fait que tout le monde pouvait voir le lever de soleil, et que tout le monde avait l'électricité. Cela m'a fait sourire.

Vous l'avez compris pour moi c'est un coup de cœur !

 

Note : 10/10


" Nous arrivons au cimetière et trouvons assez vite la tombe de Martha.
– Ils ont oubliés la lettre T, fait-elle remarquer. Ils ont écrit Marha !
– Elle a simplement retrouvé son prénom de pauvre. Nous ne connaissons aucune Martha par ici. Et j’imagine qu’il n’y a pas de Lucen dans la ville haute.
– Non, le vrai prénom, c’est Lucien, cela vient d’un mot latin qui signifie lumière.
– Ah bon ! Mais c’est bizarre, Lucien. Je préfère Lucen, ça sonne mieux.
Je comprends tout à coup qu’à l’instar des produits de consommation nous ne sommes considérés que comme de bonnes imitations des originaux. Nous ne méritons donc pas de porter un prénom complet."

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Eloise (samedi, 26 septembre 2015 20:28)

    Entre le noir est ma couleur et nox lequel préférés- tu ???

  • #2

    RevanBane45 (dimanche, 27 septembre 2015 12:06)

    Il a l'air bien intéressant. Une dystopie avec comme thème l'écologie çà devrait me plaire. :)

  • #3

    Maëlle's books (lundi, 28 septembre 2015 20:41)

    Eloise : Le choix est difficile, mais je dirais quand même Le Noir est ma Couleur